TAHITI – PLAN DE RELANCE CAP 2025

PRESIDENCE – 01 Septembre 2020

DOWNLOAD THE REPORT

La situation de crise sanitaire a nécessité une réaction forte et solidaire de tous pour passer la période de confinement sanitaire.

Un plan de sauvegarde économique a été mis en place dès le 20 mars 2020 et son financement assuré par un collectif budgétaire massif de 32,3 milliards FCFP – 270,7 M€ dès le 26 mars 2020.
Grâce aux efforts de tous les polynésiens et à des mesures drastiques mises en oeuvre rapidement, le virus a été stoppé net dans notre Pays de mai à juillet 2020. Ceci nous a permis de constituer une bulle sanitaire saine au sein de laquelle nous avons pu reprendre, pour une partie de notre population, un cours normal dans de nombreux secteurs professionnels, nos écoles, nos lieux de culte, de divertissements et de sports.

Néanmoins près de 20 000 emplois ont été fragilisés par cette crise, dont 3000 risquent d’être supprimés d’ici fin 2020. De nombreuses entreprises risquent de fermer dans les mois qui viennent et de nombreux projets en cours sont remis en cause ou suspendus à un avenir incertain. La perte de PIB a été estimée par les analystes économiques de 80 à 100 milliards FCFP – 833 M€ sur 2020 en trois scenarii touchant particulièrement les secteurs exposés du tourisme, du transport aérien, de la perliculture, la pêche, et par répercussion mécanique l’ensemble de l’économie polynésienne.
Face au risque d’asphyxie économique et sociale nous avons du prendre la décision de ré-ouvrir nos frontières progressivement dès le mois de juillet selon un protocole sanitaire basé sur les tests successifs pour les arrivants et les gestes barrières entre nous tous. Nous n’avions pas le choix car des milliers de familles étaient aux limites de la survie, privées de revenus suffisants pendant plusieurs mois. Il nous faut donc désormais apprendre à vivre avec ce virus en circulation. Les gestes barrières demeurent la solution la plus efficace pour continuer à nous protéger de toute contagion par le virus tant qu’il n’y a pas de vaccin.

Un besoin budgétaire global de 56 milliards FCFP – 469 M€ (37 Mds FCFP – 310 M€ Pays + 19 Mds FCFP – 159 M€ CPS) à été évalué et présenté à l’Etat pour l’obtention d’une dotation de solidarité nationale afin de faire face à cette crise exceptionnelle, soutenir la reprise d’activité et permettre un nouvel élan de résilience économique forte et adaptée.
Un premier prêt de 28,6 milliards FCFP – 240 M€ garanti par l’Etat a été obtenu en juillet auprès de l’AFD avec le soutien du gouvernement central pour financer les mesures d’urgence, renflouer la trésorerie de la CPS et engager les premières mesures de relance. Un second volet (prêt global ou dotations ciblées) doit encore être discuté a Paris pour le financement de la relance et des autres mesures de consolidation économique et sociale.
Nous devons absolument réussir collectivement la remise en route de notre économie, accompagner les entreprises, salariés et patentés connaissant des difficultés au redémarrage, soutenir les secteurs exposés à l’international, aider les publics les plus fragiles et ceux qui perdent leur emploi.
Nous devons aussi adapter nos modèles globaux et sectoriels, rationnaliser nos modes de consommation, encourager plus de résilience, plus d’autonomie sur les plans alimentaire et énergétique, mais aussi sanitaire, valoriser durablement nos ressources propres, bâtir un modèle social plus souple et solidaire à horizon 2025.
Notre pays ne réussira pas ce challenge sans la mobilisation de tous.

Edouard FRITCH
Président de la Polynésie française
Soyons unis face à la crise


« NOUS DEVONS TRAVAILLER TOUS ENSEMBLE A LA RECONQUETE DE 100 MILLIARDS FCFP (833 M€) DE PIB PERDUS en 2020 SUR LES 5 ANNEES QUI VIENNENT. »


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here